Utiliser les performances d'un fichier informatique peut s'avérer utile lorsque les centaines remplacent les dizaines, ou les milliers remplacent ces centaines...
Je veux parler de disques évidemment!
Cette expérience est décrite à titre d'exemple.
Ce n'est évidemment pas un modèle; elle est critiquable, mais si cela peut être utile à certains, je me ferais un plaisir de leurs communiquer plus d'informations.
novembre 2003
La première question est :
Que dois-je documenter?
Le disque ou la face du disque?
Le corollaire vient rapidement : quelle est l'utilité première de ce programme?
En ce qui me concerne : retrouver rapidement le disque recherché.
J'ai choisi de considérer la face du disque comme élément documentaire de base. Ceci pour une raison évidente pour un collectionneur : il est fréquent qu'un disque concerne deux interprètes qui n'ont aucun rapport entre eux. En revanche, les deux faces constituent l'objet disque, il y a donc une cote par disque (voir plus bas).
Nous pouvons faire ici une remarque : le 78 tours reste simple à gérer. Que dire du disque vinyl où un 30 cm peut contenir les enregistrements de plusieurs dizaines d'interprètes et de pièces enregistrées. Ceci est un autre problème!
 
Pour des raisons matériels de répartition des disques "physiquement" et également pour créer un univers logique personnel, la collection est répartie en plusieurs thèmes :
  • chanson française, étrangère,
  • jazz,
  • variété,
  • instrumental classique,
  • symphonique,
  • lyrique homme, femme,
  • musique militaire
  • ethnologie
  • documents
  • les albums

Deuxième questions :
 
Quels sont les informations que je veux obtenir?
L'exemple présenté ici permet d'accéder à une fiche contenant un certain nombre d'informations liées à :
  • l'objet "disque" édité
  • l'oeuvre enregistrée
  • l'interprétation
  • l'objet "disque" archivé
  • l'image du disque (objet, étiquette, pochette)
  • le phonogramme lui-même, c'est à dire la reproduction de l'enregistrement.
     
Certaines rubriques peuvent avoir des contenus pré-définis pour éviter les fautes de frappe et la multiplication des qualificatifs, comme la liste des éditeurs ou la liste des états du disque (neuf, moyen, usé, ...).
Nous pouvons également sophistiquer le programme en réalisant des fichiers secondaires gérant des informations souvent utilisées comme un fichier "auteurs", un fichier "interprètes".
L'exemple présenté ne comporte qu'un seul fichier.
De nombreux formats d'édition papier peuvent être mises en page permettant ainsi d'éditer toutes sortes de catalogues.
lien -> Fiche documentaire lien -> Classement par titres
lien -> Classement par cotes lien -> Intégration multimédia d'une séquence sonore et de l'image de l'étiquette
Cliquez pour agrandir
lien -> Ecran de recherche simplifiée
(en fait, toutes les rubriques peuvent donner lieu à une recherche)
La cote du disque
Représentant le thème d'appartenance du disque (chanson, jazz, ...), elle est composée de trois ou quatre séries de trois caractères :
 
1) le thème :
  • jazz : JAZ
  • variété : VAR
  • chanson française : CHF
  • chanson étrangère : CHE
  • symphoniques : SYM
  • instrumental : INS
  • lyrique : LYH (homme); LYF (femme)
  • musique militaire : MIL
  • disques pour enfants : ENF ...
     
2) L'identifiant interprète ou instrument pour l'instrumental :
Exemple : ARM pour "Louis Armstrong" ou PIA pour "piano"
L'instrumental requière trois autres caractères pour identifier l'interprète : exemple INS-PIA-PUG-001 sera la cote du premier disque interprété par Raoul Pugnot au piano dans la catégorie "instrumental".
 
3) Le numéro d'ordre
Un numéro à trois chiffres pour le positionnement du disque dans la série (limité donc à 999 disques par catégorie!).
Exemple : JAZ-ARM-001
Le fichier informatique
 
Un fichier informatique permet de créer, de modifier et de rechercher des fiches représentant des objets.
Il s'agit ici de classer des disques.
Chaque fiche contient un certains nombre d'informations.
Certaines sont évidentes ou objectives comme celles fournies par l'éditeur ou les inscriptions sur les étiquettes et plus rarement sur les conditionnements.
D'autres, sont subjectives et relèvent de l'analyse et de l'appréciation du collectionneur : état physique, intérêt artistique, historique, etc...
Créer un fichier documentaire peut paraître fastidieux; en réalité cela mobilise énormément de temps. En revanche, la saisie d'une collection permet à terme d'effectuer des rapprochements révélateurs.
Prenons par exemple la suite des numéros de matrice des enregistrement d'un chanteur, cela nous permet d'une part d'analyser la fréquence des enregistrements et si l'on possède quelques reperds, de dater ceux-ci.
Les rapprochements apportent parfois même une certaine poésie dans l'exploration des titres!
Prenons le mot "amour" dans une collection de 3000 disques de chanson française, ou encore le mot "Paris" :
Logiciel de gestion de fichiers
Il existe des logiciels spécialisés, mais en tant qu'amateur, le plus sage est peut-être de sélectionner un produit bon marché.
FileMaker fait parti de ceux-ci. De plus, par rapport à certains softs concurrents, il est simple à configurer.
Filemaker en version Windows ou PC coûte environ 1 500 frs français.

Il existe une association de développeurs.