Retour à la page d'accueil

Regarder avant de disperser

Modeste typologie d'une discothèque d'un mélomane des années quarante

19 mars 2017 - v1.1


Ces quelques lignes pour vous parler du récent achat de quelques deux cents disques. Ce genre de découverte nous permet parfois d'en retracer ou d'en imaginer le parcours, parfois les goûts et les usages de leur propriétaire.
L'approche d'un ensemble d'objets nécessite souvent une attention particulière. Leur existence est une chose, la manière dont ils sont réunis une autre. Bouleverser trop rapidement cet ordre nous prive d'un certain nombre d'informations et les efface définitivement. L'identification d'un élément fournis des données, la proximité de cet éléments avec d'autres également.
Le modeste examen de ces deux cents disques formant la discothèque d'un particulier depuis quatre vingts ans peut-être peut s'avérer amusant. Des questions simples ici sont posées à laquelle vous pourriez m’aider à répondre.

Les pochettes
Aucune rareté, mais certaines sont belles vous le savez bien. J’ai toujours été fasciné par la qualité de leur papier. La carte employée est à la fois fine et rigide. L’avantage de ce matériaux est qu’il n’absorbe pas l’humidité contrairement aux pochettes en carton que les spécialises vendent aujourd’hui. Etrangement, certains disques 30cm sont emballés dans des feuilles de papier marron. Pourquoi ne pas avoir remplacé ces pochettes manquantes? D’autant que l’utilisation de papier collant bleu laisse à penser qu’il s’agit de réparations anciennes ; quelle époque, années quarante ou cinquante?
Hypothèse : la guerre a-t-elle rendu ces pochettes rares?

Les disques : répertoire lyrique
Un véritable feu d’artifice pour les amateurs du répertoire lyrique : Lauri-Volpi, Gigli, Thill, Pertile, Shipa, Di Mazzei - Une trentaine! Quel fidélité à cet interprète! -,Vezzani, Enzo de Muro, etc. Bon, il faut aimer le bel-canto qui nous étonne parfois avec ses ornements aujourd'hui jugés excessifs (je vais me faire tuer! ;). Quelle plaisir de découvrir de nouvelles interprétations. L'intérêt également à différentier les enregistrements électriques et acoustiques. D'où le renouvellement des catalogues des éditeurs dès l'a mise au point de cette technique et la disparition des incunables*.

Les disques : classique instrumental
Pratiquement rien, une ouverture d’Edmond ; puis une bizarrerie, cinq disques Pathé-Art, tous largement rayés, comme si déplaisant au propriétaire, il s’était défoulé sur ces disques ou bien avait laisser ses enfants jouer avec.

Les disques : variété danse
Une profusion de Jack Hilton, fox-trots un peu sages et valses soporifiques ; le kit complet pour soirées dansantes réussies des années d'avant-guerre. La fille de notre mélomane m’a confié que l'opéra était du goût de son père ; sa mère en revanche préférait la musique de variété.

Les disques : jazz
Peu de titres avec André Ekyan, Alix Combelle, Gus Viseur, Guy Deloff, Jean Wiener & Clément Doucet.

Étiquettes
Aucune rareté, quelques stickers de marchands pour le plaisir de notre ami Thomas Henry, créateur de l'étonnant site-répertoire « Disquaires de Paris »** ; là encore une curiosité, des étiquettes rondes de couleurs rouge ou bleu. Je n’ai pas réussi à déchiffrer la signification de ce code. La présence sur le même disque de ces étiquettes élimine l’hypothèse d’une indication de tarif ou même de types de musique, un disque de deux fox-trots comporte au recto et au verso des étiquettes de couleurs différentes ; un code d'appréciation peut-être.

Trente pour cent des disques sont estampillés de l’étiquette du marchand parisien « Disques échange ». Cela laisse à penser que le propriétaire soit résidait à proximité de la rue Vintimille dans le 9ème à Paris ; soit que ce marchand était réputé.

État
L’homogénéité du fonds et l’état des trente centimètres m'avait séduit. Ces disques sont souvent mieux conservés. Les disques de danse en revanche sont en vilain état. L’usure est caractéristique des disques lus soit avec des aiguilles usées soit avec une tête de phonographe de mauvaise qualité car les distorsions sonores ne se trouvent pas systématiquement dans les fortes mais à certaines fréquences.
Hypothèse : La tête possède une fréquence de résonance parasite, perturbe la lecture et rabote le sillon.
La famille possédait peut-être un appareil de salon pour la musique dite sérieuse et une malette pour les soirées dansantes chez les amis.

Conclusion
C’est un plaisir de découvrir un fonds laissé en l’état. Sans raretés, mais nous pouvons ainsi remonter dans le temps, imaginer le comportement d’un mélomane des années d'avant guerre et toujours découvrir de nouveaux enregistrements.

Pourquoi faut-il éviter de lire les disques 78 tours sur des appareils anciens?.
Question régulièrement posée

Revenir aux conditions initiales est toujours intéressant. Projeter des autochromes avec une lanterne magique, jouer un concerto de Bach avec des instruments d'époque, recréer la gastronomie du XVIIème siècle. De même écouter un disque Berliner avec un Zonophone Modèle A ou sur un HMV Monarch, la messe de Saint-Hubert de chez Pathé sur la Concert Automatique ou encore un simple fox-trot sur un Gramophone Modèle 100 sera toujours interessant, pour le charme, la poésie et pour recréer les conditions de l'audition et comprendre le ressenti des amateurs de musique à cette époque .
Malheureusement, les disques sont des supports fragiles et si l'on veut bien prendre un peu de recul et mettre en pratique notre devoir de conservation, il est préférable de les protéger de ces usures irréversibles en les auditionnant avec des appareils modernes* - même en changeant souvent d'aiguille! -. A cela nous pouvons ajouter un second argument, même si le couple support / machine développé par les constructeurs / éditeurs est indéniable et intéressant à étudier – voir les catalogues Pathé en gravure verticale par rapport aux appareils contemporains - les enregistrements anciens contiennent des informations que l'on ne pouvait pas exploiter avec les appareils mécaniques, entres autres des fréquences extrêmes sont en parties contenues dans ces enregistrements et nous pouvons tenter des les restituer avec les lecteurs modernes. Les équipements nécessaires sont moins simples à mettre en œuvre, mais au moins nous pourrons céder aux générations futures autre chose que des galettes élimées.

* On retrouve la même problématique dans beaucoup de secteurs patrimoniaux ; autrefois on était tentés de jouer des instruments anciens après deux cents ans de conservation passive – souvenir du musée des Instruments anciens à l'époque de Madame de Chambure rue de Madrid - ; le résultat parfois était l' « implosion » de ces instruments au contact de l'humidité et de la chaleur du souffle des instrumentistes.
Beaucoup de disques Ø25 cm de cette collection ont de semblables traces de rabotage


Petit concert disparate

Arthur Endreze (1893 - 1975)
Ce baryton américain a passé une grande partie de sa carrière à Paris. Une voix sans égale, douce et chaude, d’une grande modernité dépourvu de tous les artifices qui démodent beaucoup d’interprètes des temps passés. Nous pouvons entendre ici un bel exemple de son immense talent et une très belle prise de son. Voir les compilations plus bas***
Le bal masqué : scène et air "Lève-toi là dans l'ombre"
Verdi G. ; Duprez Ed. (paroles françaises)
Pathé 90.066
250 268-MCI
M6 61727
Endreze, baryton de l'Opéra
Heugel
avec acc. d'orchestre
Ruhlmann F.
écouter
Francesco Tamagno (1850 - 1905)
Les enregistrements du maître sont peu nombreux et les derniers datent de 1903. Ce disque et particulièrement cette face est incroyable : sur une réédition de trente centimètres à deux faces, la plage comprend deux parties : une prise de 1’15" suivi d'un long silence de 40" où l'on peut entendre avec de l'imagination quelques bribes d'une conversation.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas écouté cet enregistrement célèbre, mais j'ai tendance à penser qu'il hurle légèrement ; émouvante prise tout de même.
A lire la mention de l'éditeur HMV spécifiant l'appartenance de ce disque à un catalogue n°2 regroupant des enregistrements historiques d'exception. Lire également l'article "Le Phonographe", in L'oreille au guet, Reynaldo Hahn. Editions Gallimard, Paris 1937*, véritable coup de gueule contre la disparition des enregistrements anciens des catalogues « modernes » des éditeurs de disques.

Othello : "Esultate, l'orgoglio musulmano sepoto é in mar"
Verdi
Gramophone DS 101
052101-G
10 FT
574
Tamago Francesco, ténor
Chant en italien avec piano
écouter
Georges Thill (1897 - 1984)
Cet achat m'a permis de découvrir l’enregistrement de 1928 de la version française de « Nessun dorma ». Comme souvent chez Thill, une clarté de la prononciation et une superbe puissance à défaut d'une grande sensibilité (hum… Je fais me faire tuer!). Je ne connaissais que la magnifique version de 1929 en italien chez le même éditeur. Voir en bas de page****.
Turandot : acte 3 ; Nessun dorma!
Puccini G. ; Adami G. ; Simoni R.
Columbia D 13042
W L 1013-1
32600
Thill Georges, de l'Opéra
Propriété Riccordi & Cie
Acc. d'orchestre sous la direction de M. Georges Truc
écouter
Aureliano Pertile (1885 - 1952)
J'ai le souvenir d'une soirée entre gens de musique où un ami ténor nous avait fait l'honneur de chanter quelques pièces de son répertoire ; il me semble que cet air en faisait parti. Tard le soir, nous avons ouvert les fenêtres donnant sur une immense cour ; quelque chose d'intense s'est produit ; l'émotion, la joie, … et les remerciements sincères des voisins le lendemain!
I Puritani : acte 1, A te O Cara
Bellini
His Master's Voice D.A.1183
30-5891 ; BF 3653 III triangle ; 2 G
Pertile Aureliano, ténor
In Italian with orch.
Members of La Scala Orchestra, Milan, Carlo Sabajno
écouter
Giovanni Inghilleri (1894 - 1959)
Magnifique baryton d'après la première guerre mondiale. Un dynamisme incroyable et un talent de comédien, bref une certaine modernité. La gravure est malheureusement détériorée.
Le barbier de Séville : acte 1, Largo al factotum della Citta"
Rossini
Gramophone W-1171
2-052425
CR 2430 II
Inghilleri Giovanni, baryton
en italien av. orchestre
Orchestre sous la direction de John Barbirolli
écouter
Tito Schipa (1888 - 1965)
Pour les amateurs de films musicaux. "Vivere", un film italien des années 36-37 et la contribution d'un immence talent.
Vivre! Canzone
Bixio C.A.
Gramophone DA-1558
OBA 1563 ; 89566
Schipa Tito
ténor du film Vivere ; en italien avec chœur
Orchestre sous la direction de Dino Olivieri
écouter
Jean Wiener (1896 - 1982)
Répertoire de jazz des années trente offert par ce duo mythique « Wiener et Doucet ». Cette l'esprit des accompagnements des films muets, de l’époque du Bœuf sur le toit, de la pluralité de leurs talents ; jazz, variété et musique contemporaine en compagnie de Francis Poulenc. Après guerre pour Wiener, ce sera la création de son concerto pour accordéon à l’Opéra de Paris « Juste pour voir la tête que feraient les spectateurs ». On trouve ces disques apparemment populaires souvent usés. Cette face n’est pas rare, mais elle offre un bel aperçu du talent et de la complicité des deux pianistes.
Why do I love You
Gershwin G.
Columbia D 13007 W
L262 ; 21369
Wiener Jean & Doucet Clément
Novelty piano duet - Enregistré pour Clouesnon & Cie, Paris
écouter
Ben Selvin (1898-1980)
Un des plus grands producteurs américains d'enregistrements de disques de danse. On lui en attribue plus de 13000. Il fut actif jusqu'en 1963!
My sunday girl
Rudy ; Cooper ; Stept
Brunswick 3476
3476 A
Selvin Ben
with vocal chorus And his orchestra
Fox-trot
écouter
Alix Combelle (1912-1978)
Grand saxophniste ténor des années trente et quarantes. Il a mis son talent au développement du riche catalogue de la maison Swing en compagnies de musciciens français et américains. La fin de sa carrière est plus consacrée aux enregistrements de variétés.
Hang over blues
Coleman Bill
Swing SW.11
OLA 1957-1 carré 90786
Combelle Alix, st. ; Coleman Bill, tr. et voc. ; Martin David, p. ; Chaput Roger, g. ; Myer Wilson, cb ; Mengo Jerry, batt.
Alix Combelle et son orchestre
écouter
Francisco Canaro (1888 - 1964)
Compositeur uruguayen et chef d'orchestre de musique de tangos. On lui attribue le record du nombre d'enregistrements de l'histoire du disque.
La Quimera
Canaro F.
Disco Nacional Odeon
4345 ; 4345 B ; E 1174
Canaro Francisco
Orquesta tipica
écouter
Extrait d'un enregistrement de Jack Hilton
La gravure a été rabotée par un mauvais équipage aiguille/tête de lecture ou tout simplement par une aiguille usée.
Labourage des sillons par une aiguille usée (extrait) écouter
****
Hors lot, pour comparaison Georges Thill (1897 - 1984)
Turandot : "Nessun dorma"
Puccini
Columbia D 41012
W BX 497 ; 12097
Thill Georges, ténor
écouter

*"Le Phonographe", in L'oreille au guet, de Reynaldo Hahn, Editions Gallimard, Paris 1937 lien

** « Ceints de bakélite » lien
« Disquaires de Paris » lien

*** Anthologies Arthur Endreze
Malibran lien
Marston Records lien

Page d'accueil